Coup de coeur

Red Rising, T3 Morning Star – Pierce Brown

les-infos-pratiques

Titre : Morning Star
Auteur : Pierce Brown
Date de sortie : 25/05/2016
Edition : Hachette Roman
Thèmes : Young Adult, Science Fiction, Dystopie …
Résumé : « JE SUIS LE FAUCHEUR.
JE CONNAIS LA DOULEUR. JE CONNAIS LES TÉNÈBRES.
CE N’EST QUE LE DÉBUT. »

Darrow aurait voulu vivre en paix.
Ses ennemis l’ont jeté dans la guerre.
Darrow s’est élevé parmi les puissants
qui dirigent la Société
pour mieux préparer sa révolution.

À présent,
la fin du règne tyrannique des Ors a enfin sonné.

Malgré les doutes qui l’assaillent,
malgré les anciens amis qu’il va devoir affronter
aux quatre coins du Système solaire,
Darrow est plus que jamais déterminé à briser les chaînes…

lavis-de-c-k-sith

Enfin ! J’étais tellement impatiente de partager avec vous ma chronique de « Morning Star » ! Au risque de me répéter une nouvelle fois, sachez que je suis littéralement, LITTÉRALEMENT, tombée amoureuse de cette saga. De ces personnages. De cette histoire. De tout. Même des titres ! Assurément, la trilogie « Red Rising » restera et sera l’une des meilleurs qu’il m’ait été donnée de lire jusqu’à aujourd’hui. Les deux premiers tomes avaient été époustouflants, et autant vous dire que le troisième et dernier volet est tout bonnement stupéfiant. A en couper le souffle !

Une nouvelle fois, j’ai été très agréablement étonné par Darrow. Son évolution psychologique, physique … Sa conviction et sa volonté. Sa volonté de vivre, protéger, détruire et changer … Tout autant que les combats, chaque émotions de ce tome a été d’une intensité éprouvante. Les sujets abordés restent les mêmes, bien entendu : le pardon, la vengeance, la haine, la peur, la solitude, l’amitié et l’amour … etc et j’en passe, mais j’ai eu la sensation qu’à chaque nouveau tome d’entamé, nous nous enfoncions davantage encore dans l’amplitude de ces émotions. Parfois si profondément que cela surpassait toutes les pertes que les personnages avaient connus par le passé.

Bien évidemment, la réalité nous rattrape très vite, et dès lors, il n’est plus question que de rage, de règlement de comptes et d’association. « Morning Star » n’a rien en commun avec toutes les autres dystopies. Avec n’importe quelle autre histoire, d’ailleurs. Non, dans ce dernier tome, nous comprenons qu’au principe « marche ou crève » se joint celui de « l’échange équivalent« , et BON DIEU ! Ce dernier principe a été insoutenable. Dans cette saga, la vie est représentée autrement que comme une récompense, non, elle est un droit auquel tout le monde aspire. Et elle ni toute rose, ni toute noire. Rappelez-vous ce que je viens de vous dire : l’échange équivalent. Pour chaque changement désiré et effectué, les personnages doivent indéniablement versé la somme exacte de sacrifices afin d’obtenir une toute autre chose de la même valeur. Plus que d’égalité, c’est une question de liberté qui est mise en jeu. Et s’ils veulent « leur » liberté, il faut le faire au détriment de « celles » des autres. S’ils veulent empêcher la mort de l’un des leurs, ils doivent tuer chez les autres. Une vie pour une autre. C’est injuste. Horrible. Cruel. Inhumain. Mais la vie n’est pas connue, ni réputée pour être parfaite. Et « Morning Star » le démontre avec brio (Tout comme « Red Rising » et « Golden Son« ).

J’ai pleuré pour Darrow, pour ce que l’injustice lui a fait. J’ai ragé pour Cassius, pour l’horreur qu’a été son existence. Mon coeur s’est brisé pour Ragnar, pour ce que la vie lui a pris. Mes yeux se sont brouillés pour Sevro, pour la beauté de sa loyauté. Mes lèvres se sont étirés pour Mustang, pour la bonté de ses actes. Non, très sérieusement, cette saga est une perle rare. La stupéfaction m’a enveloppée sans jamais me lâcher, et qu’importe que ce soit pour une bonne ou mauvaise nouvelle, à chaque fois j’ai recueilli les informations comme si elles dépendaient de ma propre vie. Comme si elles avaient un réel impact sur mon existence. Et pourtant.

Bouleversée par la beauté comme par la monstruosité de ce dernier tome, je ne regrette cependant pas d’être allée jusqu’au bout de ma lecture. Je ne regrette pas d’avoir accompagnée Darrow et ses amis au cours de cette aventure. Je ne désapprouve aucunement d’avoir eu a en subir ses pertes comme s’il s’agissait des miennes, comme s’il était question de mes amis, de ma famille, de mes erreurs. Je ne déplore rien de tout cela. Bien au contraire. Même si attristée, je sais que les personnages de Pierce Brown ont grandi, ont mûri et sont devenus des hommes, des femmes. Je réalise à quel point ils sont devenus forts, et que chacune des défaites a été source de puissance. Que leurs victoires et le soutient qu’ils se sont mutuellement offert ont fait office de motivation, de volonté.

C’est donc le cœur empli d’une tristesse à l’égard de tous les personnages (alliés comme ennemis), et d’un espoir malgré tout brillant d’une lueur aveuglante que l’on achemine notre lecture jusqu’à la toute dernière page. Il n’y a pas de dénouement heureux, pas plus qu’il n’y a de fin malheureuse. Mais il existe une vérité pour tout le monde. Le malheur des uns, fait le bonheur des autres, n’est-ce pas ? Et quoi qu’on en dise, encore une fois, cela est vrai. Pas en toute circonstance, mais c’est une exactitude incontestable.

Mes remerciements à Pierce Brown et Hachette Romans pour cette fabuleuse histoire. 

5-etoiles

Et vous, si vous l’avez lu, qu’en avez-vous pensé ?

3 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s