Amour

Elements, T1 The Air He Breathes -Brittainy C. Cherry

les-infos-pratiques

Titre : The Air He Breathes
Auteure : Brittainy C. Cherry
Date de sortie : 07/07/2016
Edition : Hugo Roman
Thèmes : Romance Contemporaine, Drame, Deuil …
Résumé : Tout le monde m’avait avertie au sujet de Tristan Cole.
– Garde tes distances avec lui, me disait-on.
– Il est cruel.
– Il est froid.
– Il est bousillé.

C’est facile de juger un homme sur son passé. De regarder Tristan et de voir en lui un monstre. Mais je n’ai pas pu agir de la sorte. J’ai reconnu la désolation qu’il portait parce qu’elle était comparable à celle qui m’habitait, et je l’ai acceptée.

Lui et moi, nous étions des coquilles vides. Nous étions tous les deux à la recherche d’autre chose. De quelque chose de plus. Nous voulions tous deux recoller les morceaux éparpillés de nos passés respectifs.

C’était peut être la condition pour que nous puissions finalement réapprendre à respirer.

lavis-de-c-k-sith

« The Air He Breathes » est un livre qui a grandement fait parler de lui, vous en avez forcément entendu parler. Si aux premiers abords il ne m’intéressait absolument pas, je dois avouer que les nombreuses chroniques positives faites à son sujet ont eu raison de moi, c’est pourquoi, aujourd’hui, nous nous retrouvons afin de discuter de la magnifique, néanmoins tragique, histoire de Tristan et Elizabeth.

Oui, j’ai bel et bien dit tragique. Et comme vous le savez, le tragique et moi … C’est une grand histoire d’amour. La plus belle de tous les temps.

Pour faire les choses simples et rapide, je ne ne cache pas avoir débuté ma lecture à l’aveuglette. J’aime les surprises, surtout lorsqu’elles sont bonnes, et très sincèrement, « The Air He Breathes » m’a vendu du rêve. En effet, l’intrigue est très bien menée. Nous retrouvons ainsi Tristan et Lizzie, tous deux victimes d’un drame familial les ayant poussés dans leurs retranchements. Si chacun en est ressorti brisé et perdu, il est pourtant vrai d’affirmer qu’aucun d’eux n’a vécu les choses de la même manière. C’est l’un des points fondamentales qui a fait de cette lecture un coup de cœur phénoménal.

« Aucune âme sœur ne quitte ce bas monde seule ;
elle emmène toujours un morceau de son autre moitié. »

Si Tristan se considère aujourd’hui comme un monstre dénué d’affection, s’il porte toute les responsabilités de ce qui s’est passé et se proclame hautement coupable, si sa vision du monde et de lui-même a radicalement changé depuis, et s’il s’est davantage renfermé sur lui-même, il n’en va cependant pas de même pour Lizzie.

« Parfois, ce qu’il y a de plus difficile quand on doit vivre
sans les êtres qui nous sont chers, c’est de penser à respirer. »

En effet, bien qu’elle se sente encore faible et fragile, cette dernière est particulièrement déterminée à refaire sa vie afin d’offrir mieux à sa fille, Emma. De ce fait, elle saisit les opportunités, apprend à se ré-entourer de ses amis et tente de s’ouvrir à ceux la côtoyant. Cette différence majeur entre eux m’a derechef confirmé que ce roman figurerait dans mon top des coups de cœur. J’ai profondément été touchée par cet aspect des personnages. Si contradictoires qu’ils puissent être, Tristan et Lizzie possèdent cette impressionnante capacité à ne former qu’un, lorsqu’il sont ensemble. Ils sont complets. Si la douleur les rapproche plus que voulu, il est indéniable que la rage de Tristan compense la bonté de Lizzie.

« Tu connais ce lieu situé juste à la frontière entre le rêve et le cauchemar ? Ce lieu où demain n’arrive jamais et où hier ne fait pas souffrir ? Le lieu où ton cœur bat à l’unisson avec le mien ? Où le temps n’existe pas et où il est facile de respirer ? C’est là que je veux vivre avec toi. TC »

Mais plus que tout, le personnage m’ayant le plus touché (bien qu’ils soient tous attachants) est Emma, la fille de Lizzie. On dit toujours que la vérité sort de la bouche des enfants, et c’est incroyablement vrai dans ce premier tome de la saga Elements. Cette petite fille m’a émue aux larmes. Mon cœur s’est comme comprimé dans ma poitrine à chaque fois qu’elle abordait un sujet. Son innocence, sa naïveté et sa tendresse apportent tellement de chaleur dans la tragédie consumant sa mère et Tristan. Elle est une source de réconfort auprès, et de Lizzie, et des lecteurs.

« […] Il y avait des plumes blanches éparpillées dans le jardin devant la maison. Quand Emma a demandé ce que c’était, maman lui a dit que c’était des petits signes que nous envoyaient les anges […]. Emma avait adoré cette idée et chaque fois qu’elle trouvait une plume, elle regardait le ciel et murmurait en souriant : 
– Moi aussi je t’aime, Papa. »

Autre point que j’ai énormément apprécié et qui m’a fait me questionner : l’étiquette. Beaucoup parmi nous peuvent affirmer de source sûre qu’il est difficile de se relever après l’arrivée tragique d’un événement dans notre vie. Il n’est jamais aisé de reprendre goût à la vie, de ressasser les souvenirs sans fondre en larmes, de se tourner vers d’autres personnes de peur d’en souffrir, de se confier à coeur ouvert par crainte que ce dernier ne soit piétiner … etc. Mais la plus pénible des tâches reste tout de même celle d’affronter le regard ou le jugement des autres. Il est assez délicat de ce débarrasser de cette étiquette qu’on nous colle au front. Ici, Lizzie s’exprime parfaitement à ce sujet. Elle a peur d’aimer à nouveau. Et surtout elle a peur d’aimer trop vite. De s’attacher trop rapidement. Elle est obsédée par l’idée qu’on la juge après ce qui lui est arrivé, tout juste comme si elle n’avait pas retenue la leçon. Mais, pourquoi ? Pourquoi les gens ont-ils toujours besoin de parler ? Pourquoi estiment-ils que leurs avis est important ? Ce n’est pas comme si cela comptait réellement, si ? Pourquoi Lizzie ne pourrait-elle pas vivre sa vie comme elle l’entend, tout simplement ?

« Ce qu’il y a de plus dur quand vous perdez quelqu’un que vous aimez,
c’est que vous vous perdez aussi vous-même. »

Autour de cette tragédie se regroupent des personnages tous plus attachants les uns que les autres. Qu’il s’agissent d’un Tristan abattu, d’une Lizzie effrayée ou d’une Emma chaleureuse, il est également question d’une Faye tordante et délirante. A travers l’abondance de tristesse et de noirceur que comporte le roman, Faye est la petite (GROSSE !) touche d’humour de ce premier tome. Dépravée, délurée, hilarante, tordue et complètement a l’ouest, elle offre aux lecteurs la perspective de bonnes séances de rire. Et croyez-moi, vous ne rigolerez plus de cette manière avant bien longtemps ! Faye apporte une touche de joie et de bons moments qui restent très frais en tête. C’est un régal !

« Rien ne t’oblige à aller bien tout le temps, tu sais. C’est normal de souffrir
de temps en temps, c’est normal de te sentir perdue comme si tu avançais dans le noir.

Ce sont les mauvais jours qui rendent les bons encore meilleurs. »

Le scénario, quant à lui, bien qu’il soit visité et revisité, est parfaitement bien mené. Car, en effet, « The Air He Breathes » ce n’est pas uniquement une histoire de destruction ou de reconstruction. Non, « The Air He Breathes » c’est également l’histoire d’un amour inconditionnel envers le passé, mais aussi envers le présent. Le genre d’amour qui permet d’entrevoir un bref aperçu de son avenir. Et c’est parce que Brittainy C. Cherry aura su sublimé à la perfection les douleurs de Tristan et Lizzie, tout en abordant avec douceur la brutalité de leur vie, que je peux vous confirmer que « The Air He Breathes » est, plus que tout, une magnifique et véritable histoire de pardon.

« Peut-être la forme d’amour la plus sincère naissait-elle des douleurs les plus profondes. » 

Si l’occasion vous est offerte de pouvoir le lire, alors n’hésitez pas. « The Air He Breathes » saura vous plaire et vous convaincre. Donnez m’en des nouvelles 😉

5-etoiles

Et vous, si vous l’avez-lu, qu’en avez-vous pensé ?

4 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s