Before I Fall – Lauren Oliver

Les infos pratiques

Titre : Before I Fall (également connu sous le titre « Le dernier jour de ma vie« )
Auteure : Lauren Oliver
Date de sortie : 12/04/2011
Editions : Hachette
Thèmes : Mort, Amour, Amitié, Adolescence, Drame
Résumé : Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une côte de popularité illimitée.

Ce vendredi de février aurait dû être un jour comme les autres. Un jour parfait dans une vie de rêve. Mais ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Pourtant elle va obtenir une deuxième chance. Ou plutôt sept chances. Sept jours pour démêler le mystère entourant sa mort. Sept occasions de découvrir la vraie valeur de tout ce qui l’entoure.

Ce vendredi est le dernier jour de la vie de Sam. Ou le premier ?

L'avis de C.K. Sith

Je dois avouer que je n’ai pas particulièrement lu « Before I Fall » pour de bonnes raisons. C’est son succès et le fait qu’il soit très prochainement adapté au cinéma (à l’heure où j’écris cette chronique, du moins) qui m’a attirée. La couverture, elle-même, est très tape-à-l’œil et a joué un rôle fondamental dans mon choix d’achat et de lecture. D’autant plus, je ne connaissais pas le plot du livre avant de commencer à lire. Et si, avec du recul, je me rends compte que j’ai vraiment apprécié cette histoire, il m’aura tout de même fallu quelques nombreuses pages avant de me sentir réellement happée par le roman.

En effet, nous suivons Sam, une adolescente des plus communes. Elle a tout ce dont n’importe quelle jeune fille rêverait : une famille génialissime, un petit ami très apprécié, les meilleures amies du monde. Elle-même très populaire dans son établissement scolaire, elle ne manque de rien. Et pourtant, alors qu’elle rentre de soirée, un accident vient faire basculer toute sa vie. Elle revit alors la journée de sa mort 7 fois de suite, tout en essayant à chaque fois de comprendre pourquoi est-ce qu’elle doit subir ce sort.

Comment dire ? Je n’ai pas particulièrement accroché avec le personnage de Sam. Elle m’a semblé vraiment superficielle et cela m’a beaucoup agacée, je ne le cache pas. Pour être très sincère avec vous, car je le suis toujours dans mes chroniques, j’ai même trouvé Sam et ses trois meilleures amies garces au plus haut point. A elles quatre, elles représentent typiquement le cliché des lycéenes américaines. Populaires et au coeur de toute attention, elles imposent leurs lois et leurs petits caprices, allant jusqu’à persécuter d’autres élèves si cela les amuse. C’était vraiment d’un stupide aberrant. De plus, bien que je sache qu’elles soient jeunes, je les ai simplement trouvé trop immatures. Littéralement, elles étaient chiantes et excusez-moi le terme. Dans la vraie vie, j’aurais haï ce genre de fille.

L’histoire met également du temps à se mettre en place. Bien qu’il soit essentiel au bon déroulement de l’histoire d’insister sur la situation de base, d’expliquer certaines choses, tout comme en laisser d’autres dans l’ombre, il m’aura tout de même fallu plus de 100 pages avant de réellement m’immerger et plonger dans ma lecture. Mais, car oui il y a un mais, l’histoire ne regorge pas que de points négatifs.

En effet, c’est un mal pour un bien, car grâce à tous ces « défauts » nous réalisons assez rapidement que les choses évoluent. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, rien ne reste tel quel, il n’y a aucune stabilité dans les situations qui suivent, les scénarios se mélangent et se croisent, les possibilités se multiplient, les occasions s’accumulent. Il y a une évolution constante au fur-et-à mesure que les pages se tournent. Et à l’instar du roman, Sam aussi gagne en maturité. Elle réalise que ses choix jusqu’alors n’étaient probablement pas les meilleures, se remet en question, réfléchit sur la notion de bien et de mal. Vous savez tous à quel point j’adore ça, constater de l’évolution des personnages. Analyser leurs façon d’agir en conséquence de. J’aime lorsque les histoires sont dures avec les protagonistes, que leur vie est un ramassis de mauvaises choses. Les personnages ne sont jamais plus authentiques que lorsqu’ils sont dans la misère, qu’importe sa forme.

« Before I fall » retranscrit à la perfection la brutalité qu’a le pouvoir des mots. La façon dont on use d’eux peut être destructrice, ou au contraire, réparatrice. Et Lauren Oliver réussi un coup de maître avec une fin poignante et mature (oui, c’est assez inattendue). C’est une magnifique histoire dont la morale vous travaillera quelques jours. Et si vous l’avez déjà lu, alors n’hésitez pas à venir partager votre opinion avec moi.

3 Etoiles

Publicités

Publié par

Passionnée de lecture, je me suis lancée dans l’écriture il y a de cela trois ans. Depuis, je nourris mon imagination en observant le monde et en me servant de mes expériences personnelles. Grande fanatique d’introspection, j’apprécie davantage les protagonistes tourmentés faisant faces à de grands dilemmes. C'est pourquoi, je porte une grande importance à l'évolution psychologique et morale d'un personnage, tant et si bien que j'affectionne plus que n'importe quel autre genre, le dramatique et le tragique. Plus que tout, les bougies et le thé sont mes grands amis de tous les jours.

15 thoughts on “Before I Fall – Lauren Oliver

  1. C’est vrai qu’après l’avoir terminé il m’était resté quelques jours en tête. J’ai adoré les mots utilisés par l’auteure, c’était vraiment un bon roman « young adult » qui parle de la violence des mots, de ses conséquence, tout en ayant un univers particulier.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s