Non classé

Ces choses que l’on déteste dans les romances

Hello les amis ! Et bienvenue aux nouveaux arrivants !

Aujourd’hui, on se retrouve pour un article plutôt spécial puisqu’il ne parlera non pas de notre amour pour les livres, mais bien au contraire, de toutes ces petites choses qui nous agacent au plus haut points. Et pour cette fois-ci, la romance est à l’honneur ! Elle ouvre le bal, prête à recevoir les critiques et à assumer ses défauts. Une femme brave et comme on les aime ! C’est pourquoi, je vous propose de commencer de suite et de comparer nos différents points de vue.

Le triangle du désespoir :

Comment écrire cet article, sans parler de ce soucis là ? Le triangle amoureux. A mes yeux, il s’agit probablement de la pire invention créée et imaginée. Bien sur, cet élément perturbateur (très perturbateur !) apportera nombre de péripéties et de retournements de situation au roman, mais il ne nous fera que haïr davantage le protagoniste. Je peux concevoir que l’on puisse parfois avoir du mal à faire la différence entre attirance et amour, mais tout de même ! Pas sur 3 P.*.T.A.I.N de tomes s’il s’agit d’une saga, et pas non plus sur 250 pages alors que le roman n’en fait que 300. Ayez pitié des lecteurs, enfin.

Je t’aime, moi non plus :

Voilà un concept que je place au même rang que le triangle du désespoir. Un « Je t’aime » se suit ou d’un autre « Je t’aime (moi aussi)« , ou d’un râteau. Mais pas d’un « Moi non plus« .

Je t’aime mais je te quitte. Mais je reviendrais dans quelques semaines, quand j’aurai réalisé que je me comportais comme un(e) sacré(e) con(ne). Et bien sur, tu m’en voudras, mais tu sera tellement obsédé(e) par ma petite personne que tu décideras de me pardonner. Puis je te quitterais une nouvelle fois. Et tu pleureras encore, toute les larmes de ton corps, j’espère. Or, l’amour étant plus fort que tout, tu me pardonneras à nouveau. Et nous veillerons à recommencer ce ramassis de débilités jusqu’à tant que nous soyons sûrs et certains d’être fait l’un pour l’autre. (Ce qui arrivera dans le tome 28, soit dit en passant).

Qui a inventé un tel scénario ? Vraiment ?

Le faux badboy :

Très franchement, je suis souvent déçue par les protagonistes hommes. Surtout lorsqu’ils sont les personnages principaux. Les auteurs aiment nous faire rêver en nous présentant des personnages confiants et porteurs d’une assurance inébranlable. Probablement sont-ils encore plus séduisants lorsqu’on décèle ce ton un poil taquin et sarcastique dans  leurs propos. Oui, ils sont grands, forts, beaux et ont tout pour eux. Sauf l’amour, apparemment. Et dès lors que Dame Amour entre dans l’équation, ça devient du grand n’importe quoi. Entre les échanges niais qui apparaissent à tout bout de champs et le protagoniste masculin qui se découvre une « nouvelle facette que je n’imaginais pas contenir en moi. Je donnerai ma vie pour te protéger car tu es celle qui fait l’homme que je suis en ce moment. Jamais je ne te remercierais assez pour ce que tu m’apportes et me donne. C’est plus que je n’en ai espérer. Tu es mon rêve. Ma vie. Mon cœur. Mon amour. Mon… » BERK. Stop. Et les répliques cinglantes qu’on affectionne tant ? Et le regard mystérieux et intrigant qui nous fait si rêver ? Et les moqueries qui nous donne un mal de bide fou tellement on en rit ? Et tout ça ? Où ça va ?

Suis moi, je te fuis :

Faut-il vraiment un dessin pour ce concept-ci ? Oui, très bien, ça me va. Parce que je veux en parler. Cousine très très proche du « Je t’aime, moi non plus« , « Suis moi, je te fuis » représente ces histoires d’amour prédéfinies par avance à être vouées à l’échec, et dans lesquelles les personnages se lancent malgré tout. 250 pages d’amour et de combats acharnés pour faire face aux problèmes, aux obstacles, pour braver l’interdit et vendre du rêve à 1000% et finalement, à la toute dernière page (mais vraiment la toute dernière, hein !) … Tout se termine sur une séparation ? Vraiment ? En effet, il suffit d’une décision, d’un mot, d’un simple « je ne peux pas » ou d’un « désolé » pour que la romance tourne au drame. La limite est mince, croyez-moi. On fini alors le roman sur une note tragique comme tout puisque romance concrète, finalement, il n’y a pas eu. On aurait presque envie de pleurer. De frustration. De colère. D’incompréhension. De trahison. De rage. De…

Je suis d’ailleurs certaine que tous autant que vous êtes, si vous avez lu un certain livre que je ne citerai bien évidemment pas, alors vous devez très probablement penser au même roman que moi. Celui qui a engendré et nourri cette haine du concept « Suis moi, je te fuis« . Ce fameux roman dont on attend et souhaite tous un tome 2, alors que tome 2 il n’y aura jamais puisqu’il n’a même jamais été envisagé par le passé, pas même par le futur !

FRUSTRATION.

Bien entendu, j’ai beau extrapoler, je suis une éternelle amoureuse des romances. Parce que l’amour est beau, poignant, touchant, lancinant et que malgré tous ces agaçants détails, il n’y a rien de mieux que les romances pour faire une ode à l’amour ! Il existe très probablement des tonnes d’autres choses susceptibles de nous déranger dans les romances, mais cette petite liste est indéniablement une image parfaite de ce qui peut me rendre dingue lors de ma lecture. Et pour chaque concept cité, il y a toujours eu un roman en particulier y correspondant à la perfection. Les avez-vous reconnus ? Aussi, je serais ravie de connaitre vos petites colères noires question romance ! Je vous invite donc à partager cet article autour de vous afin que nous puissions en apprendre plus les uns sur les autres et n’hésitez pas à laisser un commentaire si cet article vous a plu !

A bientôt, les loulous !

9 réponses »

  1. Eh bien moi aussi je ne vois pas de quel livre tu parles 😅 Je te rejoins sur le triangle du désespoir, je suis incapable de lire un livre avec un triangle amoureux. Le « je t’aime moi non plus » me rend aussi dingue parce que cela nécessite des personnages qui tout d’un coup deviennent stupides malgré le fait qu’on arrête pas de dire qu’ils sont brillants.

    J'aime

  2. Je ne vois absoluement pas de quel roman tu parles et ça me frustré xD
    Sinon je suis d’accord avec toi. Ce genre d’intrigues polluent également les films et séries télé et c’est bien pour cela que j’en ai abandonnée des dizaines et des dizaines en cours de route.

    J'aime

    • Ahah, ravie de savoir que tu partages aussi mon opinion 🙂
      Pour ce qui est du livre, il s’agit d’un roman qui a plu a beaucoup de lecteur, mais qui nous a aussi fait énormément de mal… Si tu ne l’as pas lu, peut-être que ça viendra un jour ❤ Je préfère ne pas en dira davantage par peur de spoiler :p

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s