Eliza et ses monstres – Francesca Zappia

Les infos pratiques

Titre : Eliza et ses monstres (Eliza and her monsters)
Auteure : Francesca Zappia
Edition : Robert Laffont, Collection R
Date de sortie : 17/01/2018
Thèmes : Secret, Amitié, Romance …
Résumé : Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fille timide, intelligente, un peu étrange et… qui n’a pas d’amis. Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire. Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter ego est une véritable star. Mais Eliza ne peut s’imaginer aimer le monde réel plus qu’elle n’aime sa communauté numérique.

Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d’être vécue hors ligne…

L'avis de C.K. Sith

Un énorme merci à la Collection R pour l’envoi de ce roman !

Pour ceux qui ont suivi mes story Instagram, vous devez d’ores-et-déjà savoir que ce roman a été un coup de coeur ! En effet, tout comme le premier livre de Francesca Zappia, « Je t’ai rêvé« , ce tout nouveau livre m’a énormément touchée. Non pas de la même manière, puisque chacun traite de sujets très différents, mais tous deux nous emportent dans un tourbillon d’émotions.

« Mais je ne veux pas être amie avec des gens qui ont décrété que
j’étais trop bizarre pour avoir le droit de vivre. »

« Eliza et ses monstres » a été une lecture charmeuse. J’ai adoré suivre Eliza, découvrir ses choix, constater de son évolution psychologique et plus que tout, j’ai aimé la manière dont elle et Wallace se complétaient lorsqu’ils étaient ensemble. Apprendre à connaitre leurs personnage à travers leurs échanges a été une adorable expérience. Il existe des romances qui vous causent des haut-le-cœur tellement elles sont peu crédibles, puis il y a celles qui paraîtront d’une délicatesse infinies. Celles qui, vous le savez au plus profond de votre âme, sont vouées à vous promettre larmes et explosion. Et bien celle d’Eliza et Wallace en fait partie. Définitivement.

L’auteure aborde des thèmes très intéressants et nous sensibilise sur de nombreux points, tels que l’isolement, la phobie sociale. A travers les yeux d’Eliza, sa détresse psychologique et ses craintes récurrentes, nous y décelons pourtant une chose qui sublime le roman de toutes les façons possibles : son amour. Son amour pour le dessin. Pour ce qu’elle crée de ses propres mains, sa BD. Pour ce qui lui permet d’être celle qu’elle désirerait être, devenir, rester. Derrière de monstrueuses peurs, Eliza est un véritable rayon de soleil. Elle brille, constamment, et a été le point sur lequel je me suis entièrement focalisée. Bien que j’ai beaucoup apprécié Wallace, « La Mer Infernale » (la BD d’Eliza), les dessins qui parsèment le roman… Je n’ai cependant jamais cessé de vouloir revenir à Eliza. Tout comme elle, j’étais impatiente de découvrir la suite de son histoire, d’observer toutes les possibilités qui s’offraient à elle et les conséquences qu’elles pourraient engendrer. Je lisais littéralement pour connaître le tout dernier mot. Oui, j’étais absorbée par les mots de l’auteure.

« J’ai appris il y a des années que j’ai le droit de faire ça. De chercher de petits espaces pour moi-même, et d’imaginer que je suis seule. Les gens sont trop pour moi, parfois. Les amis, les connaissances, les ennemis, les inconnus – ça n’a pas d’importance, ils forment une foule indifférenciée. Même s’ils sont de l’autre côté de la pièce, ça reste une foule. Je songe :
Je suis ici. Je vais bien. »

Plus que tout, Francesca Zappia décrit une nouvelle fois la réalité qui nous entoure. Elle prouve, tout comme dans son premier roman, que rien n’est blanc ou noir. Les mots qu’elle emploie sont juste, ils touchent le lecteur, le réconforte, le console. Ils lui parlent directement au cœur sur des sujets que chacun connait, subit, vit. Personne n’est fait de marbre ou de marshmallow. Tout le monde a des cicatrices, visibles ou non. Lancinantes ou endormies. Chacun trouvera son point de repère en Eliza. Car cette dernière pourrait être n’importe qui. Le voisin. L’amie. Peut-être même vous. Les larmes et les sourires ne font pas l’intégralité d’une personne. Et Eliza, tout autant que Wallace, Emmy et Max, vous le démontreront avec brio.

« Le doute en lui-même est une chose stupide. Il n’a ni sentiments ni sensations, il est aveugle et traîne une longue chaine bien lourde. Le monstre, en revanche, est intelligent. Il surveille tout et quand je suis totalement sûre de moi, il délivre le doute et le laisse courir en liberté. Et même quand je suis qu’il arrive, je ne peux pas le stopper. »

Pour conclure cette chronique, sachez simplement qu’il est des livres qui vous marquent, autant par leur contenu que par le souvenir qu’ils vous laissent. Par les émotions qu’ils vous transmettent et vous procurent. Par la morale qui en ressort et vous travaille durant de nombreux jours. Et parce que « Eliza et ses monstres » est un de ces livres, permettez-moi de vous le conseiller à 100%. Lisez-le, et vous comprendrez.

5 Etoiles

Une réflexion sur « Eliza et ses monstres – Francesca Zappia »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s