La Faucheuse, T2 Thunderhead – Neal Shusterman

Les infos pratiques

Titre : Thunderhead
Auteur : Neal Shusterman
Edition : Robert Laffont, Collection R
Date de sortie : 15/03/2018
Thèmes : Mort, Dystopie, Science-Fiction …
Résumé : Intelligence artificielle omnipotente qui gère la Terre pour l’humanité, le Thunderhead ne peut en aucun cas intervenir dans les affaires de la Communauté des Faucheurs. Il ne peut qu’observer… et il est loin d’aimer ce qu’il voit.

Une année s’est écoulée depuis que Rowan a volontairement disparu des radars. Depuis, il est devenu une véritable légende urbaine, un loup solitaire qui traque les Faucheurs corrompus et les immole par le feu. La rumeur de ses faits d’armes se propage bientôt à travers tout le continent Méricain.

Désormais connue sous le nom de Dame Anastasia, Citra glane ses sujets avec beaucoup de compassion, manifestant ouvertement son opposition aux idéaux du « Nouvel Ordre » institué par Maître Goddard. Mais lorsque sa vie est menacée et ses méthodes remises en question, il devient clair que les faucheurs ne sont pas tous prêts à embrasser le changement qu’elle propose.

Le Thunderhead interviendra-t-il ? Ou se contentera-t-il d’observer la lente descente aux enfers de ce monde parfait ?

L'avis de C.K. Sith

Comment vous dire que… Je ne suis absolument pas prête à étaler à l’écrit toutes ces émotions qui m’ont chamboulée lors de ma lecture. Il y a une faille immense entre les vivre et les exprimer. Je me sens encore toute retournée. Encore CUL A TERRE. Oui, ce sont les mots. Mais quel genre de bloggeuse serai-je si je ne vous donnais pas l’envie de lire ce roman ?

Tout d’abord, je remercie la Collection R pour l’envoi de ce roman. L’avoir entre mes mains m’a fait frissonner de joie. Et si j’ai durement patienter avant de dévorer ce livre, c’est simplement car j’avais peur d’en attendre trop et d’être déçue. Mais je peux d’ores-et-déjà vous confirmer que ce n’est ABSOLUMENT pas le cas !

Le premier tome m’avait laissée tremblante d’excitation, je n’avais clairement pas les mots pour vous écrire une chronique digne du tourbillon d’émotions qui dansait alors dans ma poitrine et ma tête. Il m’avait fallu plusieurs jours pour parvenir à transposer mes pensées sans vouloir trop en dire, ou trop vous en cacher. Et le tome 2 me met face au même dilemme. J’ai la fière sensation de devoir écrire la chronique de Phobos alors que ce n’est pas du tout le cas. A l’heure ou je couche ces quelques mots sur mon clavier, il y a une avalanche de question en moi. Par quoi commencer ? Qu’est-ce qui a été le plus pertinent (et je SAIS ce qui l’a été, BORDEL DE M*RDE.) ? Comment vous parler de ça, ça, ça et ça, sans vous spoiler ? Autant vous dire que j’y vais au feeling. Je jure solennellement de ne pas spoiler.

« Et chaque fois que j’assiste au comportement cruel d’un faucheur corrompu, j’ensemence des nuages dans le ciel et je fais pleurer la pluie.
Parce que la pluie, ce sont mes larmes à moi. » – Le Thunderhead.

Si comme moi, vous avez déjà lu le tome 1 de cette sublime trilogie, alors vous devez savoir de quoi je parle lorsque je traite de toute ces palpitations. Et comment ne pas en avoir ? Entre Citra et Rowan qui sont des personnages tellement attachants (même dans leurs imperfections), entre les retournements de situation inopinés et les surprises qui n’épargnent simplement pas notre petit cœur tout proche de la crise, il va de soi qu’il vaut mieux avoir un antistress pas loin de la main pour survivre à cette lecture. Bien entendu, je dis ça … Je ne dis rien. Chacun traite son mal à sa façon. Vous l’avez d’ailleurs vu dans mon instastory, dans laquelle j’ai très subtilement calmé mes ardeurs. #NOTHAPPY

Pour parler plus sérieusement de Citra et Rowan, je dirai très explicitement que j’aime ces deux héros d’amour. Citra, parce qu’elle est une faucheuse comme j’aimerai l’être (si je le pouvais, bien sûr). J’admire la compassion et la justesse de ses actes. Dans ces choix, comme dans son comportement, elle adoptera toujours l’option qui lui sera fidèle, celle qui lui offrira la possibilité d’être elle-même envers et contre tout/s. Forte d’un caractère à toute épreuve, la petite faucheuse suppléante qu’elle était lors du tome 1 n’est plus. Disparue. Et si Dame Anastasia et Citra demeurent deux personnes au fond entièrement différent, elles restent la seule et même Faucheuse par cette prestance et cette maturité indéniable.

Rowan aussi a grandi. Il a mûri et nourrit des pensées, comme des convictions, qui lui ont permises de trouver sa vraie voie. Si vous avez aimé le Rowan déterminé et d’une habilité rarissime du tome 1, alors MON DIEU (!), vous serez conquis par celui du tome 2. Je chéris son assurance et toutes ces certitudes qui le rendent si charismatique. Je l’aime d’amour. Il était déjà mon favoris dans le tome 1 et ce nouveau livre me prouve que je ne m’étais pas trompée à son sujet. C’est pourquoi, il fait une entrée FRACASSANTE dans mon top 10 bookboyfriend, et directement à la place numéro 4. Pire encore, il détrône Marcus, mon favoris de « Phobos« . #GOSH

Le scénario en lui-même est toujours un véritable plaisir pour notre imagination, bien qu’il soit une torture absolue pour notre cœur. Je ne trouve pas les mots justes pour le qualifier. Si l’originalité signait déjà le premier livre, il en va de même pour ce second. Et c’est avec une histoire dingue et de nouveaux personnages empathiques comme tout que Neal Shusterman gagne à nouveau du territoire dans mon estime. Je ne me lasse pas de son style d’écriture, de ses protagonistes et de ces crises cardiaques qui ont parsemés et rythmés ma lecture.

Petit plus pour ce deuxième tome : le point de vue du Thunderhead. Comme dit dans le résumé, il s’agit d’une intelligence artificielle qui régit l’ordre et la sécurité dans le monde. C’est une sorte de Dieu. Et je dois vous avouer, que j’ai adoré les cours chapitres dans lesquels nous le suivons. Ce « personnage » a su me conquérir. J’ai vraiment hâte d’en apprendre plus à son sujet. Jamais une IA ne m’avait paru aussi humaine que le Thunderhead. C’est un personnage à part entière et j’adore ça !

« Je ressens par ailleurs une forme de solitude qu’aucun des milliards d’êtres humains à qui je parle tous les jours ne parvient à combler.
Parce que même s’ils m’ont donné naissance, je ne suis pas des leurs. »
– Le Thunderhead.

NOTAMMENT ET SURTOUT DEPUIS QUE J’AI LU LA TOUTE DERNIÈRE PAGE.
Ça, Neal, c’était vraiment pas cool. Mais je n’en dis, bien évidemment, pas plus. C’est tout juste suffisant pour titiller votre curiosité. Sur ce, mes ami(e)s, je vous laisse vous préparer psychologiquement à cet ouragan (ma chronique fait quand même plus de 1000 mots…) car croyez-moi, si vous vous en sortez indemne, c’est que vous n’avez pas correctement lu. Et j’insiste. Vous n’avez pas correctement lu. Car ce livre est un F*CKING RAINBOW BOOKS.

5 Etoiles

(Et si je le pouvais, je lui mettrais un 5+++++++++/5)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s